Noël : Arrêt sur images ...

publié le 25 décembre 2021 , par Claude Vercey dans Accueil> Repérage

 
 

Recommander cette page


… images de Claudine Goux, vous les aurez reconnues au premier coup d’œil, tant l’artiste accompagne de longue date les poètes et leurs productions en une fidélité jamais démentie. Et je donne en l’occurrence au verbe accompagner tout le sens qu’il prend lorsqu’on dit qu’une chanteuse (un chanteur fera aussi bien l’affaire) est accompagnée de sa pianiste…

En couverture (fragment)
Les anges, d’après Garofalo
Aquarelle sur papier (2016 - 2017)
76 x 57 cm

Arrivée au cap de Bonne Espérance
Flash et encre sur papier collé sur bois, 2015
fond pyrogravé 32 x 26 cm

Claudine Goux a en effet depuis les années 1970 illustré les livres d’Odile Caradec, dont récemment, à la mort de celle-ci (en septembre 2021), elle sut trouver les mots pour évoquer avec élégance et ironie leur longue amitié (voir « Mâme Caradec », Repérage du 17 novembre ), de Jean-Claude Martin, Jean Chatard, Georges Bonnet, Léopold Sédar Senghor, et de bien d’autres, sans compter les nombreuses revues et éditions, du Dé bleu à La Corde raide en passant entre autres par Décharge, et à qui elle offre et a offert sans barguigner dessins et peintures.

L’occasion d’adresser un salut un peu appuyé à l’artiste m’est fournie par l’ouvrage que vient de publier les éditions Alcyone sous le titre Un parcours de l’Imaginaire et qui rassemble sur 100 pages, et sans un mot de commentaire hors la quatrième de couverture, la reproduction d’une quasi-centaine de peintures, qui donne de Claudine Goux une idée plus juste de l’étendue de son talent. On s’aperçoit combien par exemple l’inspire le monde pictural ancien, auquel elle rend régulièrement hommage par des emprunts et copies, s’inspirant de Bosch, de Goya ou de Garofalo, dans ce traitement si personnel qui me semble devoir à l’art brut et aux arts premiers.

Si j’étais critique, mieux au fait de la peinture et de l’art que je suis, j’explorerais volontiers les liens que tisse l’œuvre de Claudine Goux avec la musique : des anges musiciens, inspirés de Garofalo et qui font la couverture, à combien de personnages à la guitare, ou ceux-là trompétant au Cap de Bonne Espérance. Mieux informé que moi en dirait davantage, et j’en profite pour regretter quand l’artiste compte tant d’amis écrivains et poètes, qu’il n’ait été fait appel à aucun pour tracer ne serait-ce qu’un début d’itinéraire.

Il me plaît néanmoins d’apporter la contradiction à l’éditrice, à qui il semblait inutile d’envoyer le livre à des revues de poésie puisqu’il n’y avait pas de textes. Comme quoi il ne faut jurer de rien, chère Silvaine Arabo. Et je dépose ce livre et les images que j’ai reproduites en guise de cadeaux de Noël aux rares qui viendront rôder sur ce site, en ce jour confisqué par la famille, la dinde et les marrons.


Repères  : Claudine Goux  : Un parcours de l’imaginaire. Editions Alcyone (B.P 70041 - 17102 Saintes cedex) 100 p. 23€.

 

 Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 

Twitter Facebook